Championnes et champions

Lauréat Cantin

Le 17/06/2022

Un champion incontesté à Québec

Lauréat Cantin va dominer la scène du tennis québécois pendant une bonne douzaine d'années. De 1929 à 1942, il collectionne les championnats dans la région et accumule les trophées. Il remportera la coupe Rondeau, pour le championnat simple masculin senior, à neuf reprises. Une première. Il mettra la main aussi sur les coupes Bourget (championnat de la Rive-sud) à six reprises, Château (double masculin) à trois reprises et Francoeur (double mixte) à deux reprises. Cela, sans compter les nombreux tournois remportés dans les différents clubs de la région, et dont l'énumération ici serait fastidieuse. Ses exploits ont contribué à mettre à l'avant-plan les clubs dont il a fait partie : le Jacques-Cartier d'abord, puis celui du ministère de la Voirie. Son palmarès est encore inégalé aujourd'hui.

Pourtant, ce joueur si talentueux n'aura jamais réussi à se mettre durablement en valeur contre des adversaires de l'extérieur de la région. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, puisqu'il aura participé à différents tournois ouverts ou de niveau provincial. Son cas illustre justement ce qui sera pendant des décennies la grande faiblesse du tennis à Québec.

Angéline Lemieux-Beaupré

Le 16/08/2021

De Québec à New York, une championne au parcours exceptionnel

Le boom qui frappe le tennis à Québec durant les années folles (la décennie 1920-1929) crée une situation propice à la découverte et au développement de talents capables de prendre la tête des effectifs locaux, de représenter la région au niveau provincial et même à l'extérieur. Il ressort parmi ceux-ci un cas particulier, aujourd'hui oublié et d'autant plus méritoire qu'il s'agit d'une joueuse : Angéline Lemieux ou, comme comme on l'a présenté durant toutes ses années de compétition, Mme Lionel-C. Beaupré. Son parcours peu banal la mènera en une décennie du championnat du Quebec Lawn Tennis Club, dont elle est membre, à celui de la province de Québec, et jusqu'aux championnats des États-Unis, en passant par des joutes d'exhibition contre des étoiles de l'équipe féminine d'Angleterre.

Ce parcours n'a jamais été égalé à la même époque par quelque joueur que ce soit, masculin ou féminin, de la région de Québec.