Blog

29 juillet 1953

Le 03/08/2021

Une équipe de tennis d'Australie en exhibition à Québec

 Au cours de ses quelque quarante années d'existence, le club de tennis des Employés civils a su présenter des parties d'exhibition avec quantité de joueurs de classe internationale venus en Amérique pour participer à des tournois ou disputer des séries de la coupe Davis.

À l'été de 1953, c'est une équipe australienne qui s'amène à Québec. Le Soleil du 6 juillet en a fait l'annonce, précisant que les deux as de dix-huit ans Lewis Hoad et Ken Rosewall seraient de la partie. Quelques jours plus tard, on apprend que Rex Hartwig, Mervyn Rose ou Ian Ayre pourraient se joindre à eux. Tous ces joueurs, qui ont fait sensation au dernier tournoi de Wimbledon, participent aux championnats canadiens à Toronto, et se présenteront à Québec le 29 juillet(1). Les chroniqueurs sportifs parlent d'un « coup de maître » de la part du club(2). D'ailleurs, l'Australie est une puissance mondiale établie puisqu'elle a remporté la coupe Davis dans les trois années précédentes et ne cédera celle-ci que deux fois durant toute la décennie 1950(3).

Championnat canadien 1940

Le 25/07/2021

Une première aux Employés civils: juillet 1940

Le club de tennis des Employés civils, installé depuis 1936 sous les murs devant le Parlement de Québec, a posé sa candidature pour l'organisation des championnats canadiens de 1940, les premiers tenus après l'entrée en guerre du Canada. L'événement, réalisé avec succès, inaugure une longue série de compétitions de tennis de haut niveau qui seront tenues par ce club au cours des vingt-cinq années suivantes.

10 juillet 1937

Le 11/07/2021

Une ligue féminine à Québec dès 1937

On annonce le 10 juillet 1937 la formation d'une ligue féminine à Québec. Six clubs sont déjà membres : Ministère de la Voirie, Employés civils, Jacques-Cartier, St-Louis, Feuille d'Érable, St-Sacrement (Laval); on attend 4 autres clubs : Laurentide, Anglo-Pulp, St-Patrice, CNRA (Canadien National).

La composition du conseil d'administration va comme suit : Marguerite Delage (Association des Employés Civils) présidente; Marie-Paule Matte (Jacques-Cartier) 1ère vice-présidente; Mme Yvan Fournier (Feuille d'Érable) 2e vice-présidente; Jeannine Lemieux (St-Louis) secrétaire; Mme Marcel Chouinard (Voirie) trésorière;

Selon le chroniqueur sportif, « On a déployé beaucoup de travail d'organisation et l'objectif a été atteint. C'est une autre preuve que la gent féminine réussit ce qu'elle entreprend(1). On annonce même que le premier ministre Duplessis pourrait patronner la ligue(2).

Cependant, compte tenu du débat qui fait rage durant ces années sur la tenue vestimentaire aux terrains de tennis, L'Action catholique prend position sur le port des « shorts » :

« Ce costume écourté pour les joueuses et les joueurs de tennis semble être moins populaire dans nos clubs de tennis cette année. La majorité de nos clubs ont décrété que ce costume n'était pas convenable et ils en ont banni le port sur leurs courts. Les dames viennent de former une ligue de tennis. Si les dirigeantes de ce groupement décidaient unanimement de défendre ce costume, nous sommes sous l'impression qu'elles donneraient une nouvelle preuve du sérieux qu'elles apportent dans leur travail(3).

Sur le costume au tennis, voir notre chronique "Vêtements de tennis".

Dans Les clubs

Quebec Lawn Tennis Club, 1886

Le 08/07/2021

Le premier d'une longue série

La pratique du tennis s'est faite au début sur des terrains privés ou dans des endroits occasionnels. Il suffisait de trouver une pelouse en bonne condition pour y installer un filet et tracer quelques lignes. Le besoin pour les joueurs de se grouper et de mettre en place des installations permanentes a toutefois facilité le développement d'une institution sociale autant que sportive pour l'encadrer : le club. La région de Québec va en compter au delà d'une centaine au vingtième siècle. Le premier à entrer en opération, le Quebec Lawn Tennis Club, va connaître une histoire particulière. Nous allons voir ici sa première "vie", soit entre les années 1886 et 1896.

1er juillet 1891

Le 30/06/2021

Un nouveau club de tennis : le New Liverpool

Le premier juillet 1891, le Quebec Morning Chronicle publie un bref compte-rendu du gala d'ouverture d'un club de tennis à New Liverpool, sur la rive sud (aujourd'hui le quartier Saint-Romuald à Lévis).

L'événement était prévu depuis deux ou trois semaines, mais la sécheresse qui a sévi dans la région a causé son report au samedi 27 juin.
On signale qu'une trentaine de personnes ont participé à l'événement dont plusieurs de Québec et de Sillery. On sait qu'à ce moment il y a déjà des amateurs de tennis sur la rive nord et un premier club, le Quebec Lawn Tennis Club, situé devant le Parlement.

Le New Liverpool est, selon les informations disponibles jusqu'ici, le premier club de tennis à opérer sur la rive sud. Lévis aura son premier club de tennis en 1893(1).

24 juin 1952

Le 24/06/2021

Inauguration officielle de quatre courts de tennis à Sillery

Jusqu'aux années 1960, une cérémonie d'inauguration incluait souvent la présence d'un prêtre qui procédait en même temps à la bénédiction de l'événement ou des lieux.

21 juin 1953

Le 20/06/2021

La troupe de joueurs de tennis professionnels de Jack Kramer complète une deuxième tournée canadienne en 1953. Elle s'arrête pour une première fois au Colisée de Québec le dimanche 21 juin(1).

Elle est composée, en plus de l'américain Kramer, champion à Wimbledon en 1947, des australiens Ken McGregor et Frank Sedgman, qui ont déjà arraché la coupe Davis aux États-Unis, et de l'équatorien Pancho Segura, futur mentor et entraîneur de Jimmy Connors, qui a la particularité de jouer son coup droit à deux mains(2).

L'événement était organisé par le Canadian Progress Club de Québec, au profit de l'enfance malheureuse(3). Il sera repris plusieurs fois au cours des années suivantes.

Vêtements de tennis

Le 16/06/2021

La tenue vestimentaire au tennis : mode ou éthique?

Contrairement à des sports comme le hockey ou le football qui exigent des vêtements de protection, le tennis peut se jouer en « tenue de ville » comme on disait à l'époque. Cependant, il s'est vite dégagé quelques règles dont certaines s'apparentent plus à la mode et d'autres à l'éthique ou même à la morale.